Vendre des pansements, des tickets, des rouges-gorges et des tours de
CALECHE

 

 

 

puits.Vendre des pansements, des tickets, des rouges-gorges et des tours de calèche. Installation sonore pour un couloir, quatre hauts-parleurs et quatre puits de lumière, 2014

Cette pièce sonore installée regroupe quatre prises de son distinctes, enregistrées dans quatre lieux différents, rassemblés ici dans un même espace. (espace sonore – espace couloir). Il s’agit d’enregistrements de vendeurs ambulants turques, allemands, et français, vendant des objets assez dérisoires : pansements, tickets, melons, tours de calèches… Ils ont tous, au delà de leur langue, un même usage très artisanal du rythme, de la boucle, et de la musicalité de la voix afin d’interpeler le passant de manière sonore, comme des sirènes attirant l’attention par le son. Ce même usage me ramène à Henri Meschonnic, qui évoque le rythme comme une « antériorité anthropologique en nous », une adresse-à (un passant, un spectateur) qui passe, au delà du sens à véhiculer.

La pièce est réinstallée ici dans un couloir, propice à la déambulation et au déplacement entre les différents vendeurs, chacun localisé dans un puits de lumière, appelant à la déambulation et ramenant à l’esthétique du marché couvert.

i